En fil rouge cette saison, régulièrement, Emma LACOSTE, étudiante en journalisme, viendra nous poster son petit billet humeur / humour autour du club : 

Episode I : Premiers Contacts

La plus belle découverte est celle que l'on ne soupçonne pas. La mienne, le rugby à Clisson. Alors,

ne vous attendez pas aux plus belles analyses rugbystiques, mais laissez-vous guider dans les

coulisses d'un club qui vibre, soutient et enseigne à travers le rugby. 

Au stade de la Dourie, la messe du dimanche est officiée par des grands spartiates en armure rouge et 

verte, sous un ciel nuageux et un froid glaçant. Et lorsque l'on est novice dans le milieu rugbystique,  

ça ne ressemble pas vraiment aux dimanches rêvés près du feu à se mater une série Netflix.

 

Et pourtant, se retrouver dans un froid de canard à encourager 30 mecs qui se jettent les uns sur les 

autres pour attraper un ballon ovale (qui n'en fait qu'à sa tête), peut rapidement devenir votre sortie

préférée de la semaine. 

Le 27 septembre 2020, j'initiais donc un premier contact avec le rugby à Clisson. Tout comme les

joueurs du SACC d'ailleurs, qui affrontaient leur premier adversaire de la saison : Chateaubriant. Le 

match fut annoncé avec une bonne heure de retard, il fallut donc que je trouve, d'abord, un lieu pour 

patienter. En suivant les habitués je compris rapidement où aller. En effet, quoi de mieux que le point 

névralgique d'un stade : sa buvette, comme salle d'attente ? 

Le pichet de bière fit tellement bien son effet, que sans voir le temps passer, l'arbitre signala le début 

du match. Et là, premier obstacle à affronter. Il fallait, en un temps record, se lancer dans la 

compréhension des règles du rugby. Pas une mince affaire.

Mais, rassurez-vous, les supporters de ce jeu à XV sont habitués, entre deux ou trois «Depuis le 

débuuuuuut!!!! » criés à l'encontre de l'arbitre, ils vous expliqueront « calmement » les aspects les 

plus subtils du jeu. Vous apprendrez même du vocabulaire. D'ailleurs, savez-vous ce que sont les 

rucks, les cocottes et les chandelles ? Et bien, au bout d'1h de match à Clisson vous connaîtrez 

parfaitement les définitions de ces termes. 

Concernant le match, il fut parsemé d'essais, de pénalités et de deux cartons jaunes contre 

Chateaubriant. Le choc des placages et la combativité des joueurs montrèrent, d'ailleurs, leur besoin 

de renouer avec le terrain après des mois d'abstinence. Mais, pour les plus novices d'entre nous, les 

dix dernières minutes furent sans aucun doute les plus marquantes.   

Avec une pénalité réussie à la 75', le score donna l'avantage aux visiteurs d'un point (19-20). Pendant, 

plusieurs minutes, les Clissonnais tentèrent de grappiller quelques mètres dans les 22 adverses sans 

succès. Pénalité après pénalité, les joueurs ne trouvèrent pas la faille. A la 80', une énième faute des 

visiteurs offrit une pénalité (oui, encore une) et un cri de joie se fit entendre dans les tribunes. Plus le 

choix, Il fallait la tenter et tout reposait sur le 10 Clissonnais. 

Il positionna son ballon, recula de quelques pas et se concentra pendant de longues minutes. Un 

silence d'église s'installa, le souffle du public suspendu aux pas du demi d'ouverture. Il s'élança.. et le 

ballon s'échappa pour finir sa trajectoire à l’extérieur des poteaux. Score final : 19-20. 

Malgré la courte défaite, que les plus chevronnés auront l'occasion d'analyser en long, en large et en 

travers. Les supporters ne se souviendront sûrement pas du score.

Ils se souviendront d'avoir crié contre l'arbitre. D'avoir croisé les doigts pour cette dernière pénalité. 

D'avoir chanté et encouragé pendant 90 minutes. D'avoir pesté contre les décisions, peut-être 

hasardeuses, des joueurs. D'y avoir cru jusqu'au bout. Et surtout, les supporters se souviendront de 

leur envie de retourner au stade le week-end prochain. 

Et après tout, n'est-ce pas ça, le but du sport ?